S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Mireille

 

Soon (Thomas Cadène)

note: 5Impressionnant ! Mireille - 22 mai 2020

Coïncidence ou pas, cette bande dessinée a une résonance troublante avec le monde d’aujourd’hui. Le récit se déroule en 2051, après les dégâts climatiques et pandémiques…L’histoire est dense, complexe et très documentée. L’homme est capable du pire comme du meilleur. Graphiquement c’est magnifique ! Pour la partie documentaire, on flotte dans un univers de découpage et de dessins assez minimalistes. Les couleurs sont éclatantes et prêtent admirablement le récit.

La grâce des brigands (Véronique Ovaldé)

note: 4Fantaisie acidulée Mireille - 20 mai 2020

L’exaltation à bouleverser sa vie, à fuir sa famille toxique et surtout à penser à sa propre vie d’adulte librement est magnifiquement dépeinte sous la plume de Véronique Ovaldé. On y rencontre une multitude de gens et de situations heureuses ou malheureuses. Quel bel apprentissage du monde !
Alternant humour et gravité, l’auteure nous offre une splendide variation sur le thème des perdants magnifiques.

Lapetitegens (Isabelle Pinçon)

note: 5Poésie jubilatoire Mireille - 24 avril 2020

Sans jamais savoir de quoi ou de qui parle-t-elle, Isabelle Pinçon nous enlève et nous élève en poésie.
La petitegens est mystère mais pour chacun de nous, elle existe. L’enchainement des saynètes donne une pulsation régulière et agréable pour découvrir la Petitegens. Puis l’album saisit la petitegens par situations. L’écriture est parfois délicate, parfois sauvage ! A savourer à voix haute ou à l’intérieur de soi.

Impasse Verlaine (Dalie Farah)

note: 5Mère et fille, une histoire d'amour ?! Mireille - 24 avril 2020

Un roman vif et intime. Un roman sur l’enfance de 2 petites filles, une en Algérie et l’autre en France. Ces vies sont liées par la filiation mère-fille. Elles s’affrontent et s’unissent. La violence ravage leurs enfances mais l’intensité et le désir de transgresser les lois sont la matière première pour conserver la tête haute. Les mots sont justes, précis avec abondance de détails. Ce premier roman saisit par la sensualité de l’écriture très imagée. C’est fin, vif, distancié et sincère.

Eugénie (Antoine de Baecque)

note: 5Une histoire vraie romancée stupéfiante Mireille - 16 avril 2020

Cette expédition scientifique dans les années 1840 est passionnante et terrifiante.
Les médecins vont exploiter des femmes atteintes de crétinisme, en les enlevant à leurs familles, et en les exposant comme des bêtes de foire. Certes la recherche médicale a besoin d’étudier des sujets vivants mais les rivalités scientifiques se révèlent. On apprend beaucoup sur la pathologie du crétinisme, sur les pratiques de recherche et les pratiques éducatives des médecins. Car c’est bien de civilisation dont il s’agit. Une critique de la société du XIXe siècle tout à fait passionnante. Le personnage d’Eugénie entre sauvagerie et innocence est étonnant.

Aldobrando (Gipi)

note: 5Quête médiévale envoûtante Mireille - 10 avril 2020

Excellente aventure moyenâgeuse ! Tous les éléments du conte cruel sont réunis : Le mage, Le roi, Les conseillers, L’amoureux transi, la princesse, l’ogre, la jeune fille malheureuse… Le personnage principal est un anti héros naïf et tendre. Magnifique est le dessin réaliste et expressif pour créer l’ambiance médiévale. Je salue le travail remarquable sur les couleurs qui apportent au récit une densité profonde. Humour et légèreté bien dosée font de ce conte cruel une bande dessinée magnétique !

Sonate pour Haya (Luize Valente)

note: 4Captivant ! Mireille - 7 avril 2020

Ce roman bouleversant est inspiré d’un fait réel extraordinaire à savoir l’incroyable destin d’un bébé né à Auschwitz sauvé par un officier nazi. On entre en communion absolue avec l’histoire car le récit est fluide, passionnant, on se glisse avec suspense dans l’histoire de ces familles révélant le secret de leur filiation.

Tango fantôme (Tove Alsterdal)

note: 4Polar historique palpitant Mireille - 30 mars 2020

Ce captivant thriller, écrit de manière habile, dévoile les blessures secrètes de trois femmes en quête de paix et de vérité. Tango endiablé de la Suède à l’Argentine de la junte militaire, en passant par la Colombie des Farc, on apprend beaucoup sur le contexte historique tout en frémissant d’angoisse pour notre héroïne enquêtrice.

Kebek n° 1
L'éternité (Philippe Gauckler)

note: 4Suspense réussi Mireille - 30 mars 2020

Pas de voyages dans l’espace, pas de planètes à coloniser mais une étrange découverte dans une mine de diamants au Canada. Le bleu glacé de l’album nous irradie. Philippe Gauckler prend le temps d’installer l’intrigue et campe des personnages d’une humanité très réaliste. Cependant le fourmillement des détails techniques des machines et du paysage donne vie à un monde imaginaire effrayant. On pressent la catastrophe à venir…Vivement le 2ème tome !

L'insomnie (Tahar Ben Jelloun)

note: 4Fantaisie distrayante Mireille - 20 mars 2020

Que celle ou celui qui souffre d’insomnie n’ouvre point ce livre ! Cette histoire burlesque est réjouissante. L’auteur nous livre la solution radicale contre l’insomnie. Avec humour, il pose un regard ironique sur des sujets délicats de la société marocaine. La lecture est fluide et divertissante. Humour noir triomphant !

Pig boy 1986-2358 (Gwendoline Soublin)

note: 5Explosif ! Mireille - 29 février 2020

Pig Boy, tantôt cochon, tantôt humain est le héros de ces trois histoires qui n’en font qu’une pour dénoncer les dérives de notre société qui uniformise tout ! Un jeune éleveur de porcs français se rêve cow-boy plutôt que Pig Boy surtout en ces temps de crise agricole dans les années 2010.
Et c’est le début de cette histoire incroyable où chacun cherche sa raison d’être. Gwendoline Soublin en utilisant différentes formes d’écriture comme la polyphonie révèle ce monde agricole de façon simple et abrupte. A lire absolument à haute voix sans craindre le pire !

Algues vertes (Inès Léraud)

note: 5Edifiant ! Mireille - 29 février 2020

Cette enquête menée par la journaliste Inès Leraud sur les conséquences de la prolifération des algues vertes sur la côte bretonne est édifiante. Un véritable scandale sanitaire débute à la fin des années 80. La journaliste dénonce cette situation avec force de documents à l’appui et pourtant aujourd’hui encore aucune mesure n’est prise. Bravo pour ce fascinant et désolant constat.

Avant que j'oublie (Anne Pauly)

note: 5Touchant Mireille - 15 février 2020

L’autrice nous livre un récit sur le deuil, à la fois intimiste et mordant. L’entrée dans le roman est surprenante. Anne Pauly brosse le portrait d’un père désormais disparu qui fut un homme mélancolique, illuminé, hanté par ses angoisses et ses erreurs passées. Malgré la vie éprouvante dans une famille craquelée, la sœur et le frère se reconstruisent comme ils peuvent. C’est une belle lecture pleine d’ironie et de douceur.

Tous les bruits du monde (Sigrid Baffert)

note: 5Palpitant Mireille - 15 février 2020

L’intrigue de ce roman d’aventure se déroule à la Belle époque. On y découvre le début des expositions universelles à Paris, le cinéma sur grand écran, la limonade gazeuse et la bicyclette de course. La fratrie héroïne fuit l’Italie pour échapper à un drame familial. Ce récit sensible est porté par une galerie de personnages étonnants et est fort bien documenté.

Soif (Amélie Nothomb)

note: 5Réjouissant ! Mireille - 9 octobre 2019

« Si vous aimez vos morts, faites leur confiance au point d’aimer leur silence. »
Dans Soif il est question d’amour, de mort et de soif.
L’auteure est Jésus et ça marche.
Elle est rentrée dans son corps dans ses pensées dans ses sensations.
Et on y croit.
Le récit est fluide, précis, vivant, dénué de sacré ou de sacrilège.
La parole et le silence de Jésus nous parlent intimement, et universellement comme l’histoire chuchotée à l’oreille de l’enfant qui résiste à l’endormissement par jeu par peur par plaisir de l’écoute et du mystère.
Un livre simple et brûlant. Un livre de chevet.
Un livre de chevet est un livre de prédilection. Cette locution désigne un livre que l'on apprécie tellement qu'on le garde constamment avec soi, à son chevet. Le livre de chevet de quelqu'un est son livre préféré.

Le bruit des mots (Germain Huby)

note: 5Drôle et grinçant ! Mireille - 20 août 2019

Le bruit des mots c’est écrire en quelques mots et un seul dessin la vie quotidienne ! Observer, écouter et croquer ses contemporains, Germain Huby l’auteur de cette bande dessinée pointe nos contradictions avec beaucoup d’humour. Nul doute que chacun y reconnaisse une situation déjà vécue ! Mais la banalité de ces scènes fait mouche car l’auteur a la justesse des traits et fait émerger l’absurdité de nos conditions de vie et de nos comportements. L’artiste utilise souvent les langages médiatiques tels que la télévision, internet pour exprimer les dérives de la société. C’est drôle et grinçant.

L'autre moitié du soleil (Chimamanda Ngozi ADICHIE)

note: 4Une bouleversante épopée africaine Mireille - 17 août 2019

Une galerie de personnages très colorée, brossée tel un scénario de film historique et politique, une sorte de poème et de péplum africain.
Odenigo l’universitaire, Richard le journaliste, Ugwu le boy celui sans instruction qui observe et raconte minutieusement son pays à travers la cuisine, la langue, les relations entre parents-enfants, entre blancs et noirs et entre hommes et femmes, entre patrons et domestiques et nous livre un récit poignant et puissant, instructif et poétique de l’histoire de son pays le Biafra notamment à travers la peinture des deux femmes jumelles Olanna et Kainé qui préfigure la partition Nord -Sud et les massacres qui s’en suivront …

Le vent reprend ses tours (Sylvie Germain)

note: 5Émouvant Mireille - 17 août 2019

Quelle belle réussite littéraire pour cette histoire d’amitié forte entre un homme Rom et un enfant. Dès les premières phrases, Sylvie Germain nous enveloppe de poésie, comme un souffle pour ce récit intimiste. Cet homme des rues, artiste libre et fantaisiste va éveiller cet enfant et le remettre debout, loin de ses peurs et de ses méfiances vis à vis de lui-même. Quelle belle leçon de vie ! « Jouer, faire se mouvoir les choses, bouger le monde, remuer le temps, concevoir du nouveau, jongler avec les mots, les idées, les images et les sons, voilà ce qui importe ! »

Dix jours avant la fin du monde (Manon Fargetton)

note: 4Vertigineux ! Mireille - 3 août 2019

L’apocalypse sur la terre est toute proche. Une poignée d’humains placés devant ce constat effrayant se pose la question : Quoi faire du temps qu’il leur reste ? Chaque personnage dévoile ainsi son histoire. Venus d’horizon variés, ils vont se rencontrer et vivre leur « dernière » aventure. Manon Fargetton a le sens du récit et l’intérêt du roman vient de l’attention qu’elle porte aux personnages. Et vous, que feriez-vous dix jours avant la fin du monde ?!

Octobre (Soren Sveistrup)

note: 4Un thriller palpitant Mireille - 3 août 2019

Deux histoires s'entremêlent diaboliquement : d'un côté la disparition d'une petite fille, fille de la ministre des affaires sociales, de l'autre, des crimes sauvages de jeunes mères. Soren Sveitrup signe là son premier roman, un thriller passionnant et glaçant ! En chapitres courts, d’une écriture nerveuse, il campe un passionnant duo d’inspecteurs. Bravo pour la maîtrise du suspense et l’ingéniosité de l’intrigue.

L'Ombre du chardon n° 5
Maïmaï (Aki Shimazaki)

note: 5Une fresque japonaise tout en délicatesse ! Mireille - 2 juillet 2019

Aki Shimazaki clôture sa troisième pentalogie. Ses courts romans dépeignent la société japonaise contemporaine dans ses règles, ses tabous, ses mystères, ses énigmes et ses mensonges. La plume est délicate, poétique, ce qui accentue l’exploration des secrets intimes et la force du désir. Le titre Maïmaï signifie l’escargot, chacun porte son fardeau sur son dos ! Une caractéristique importante dans les romans d’Aki Shilmazaki est la place d’honneur faite à la nature comme un hymne à la beauté des choses de la vie.

J'ai couru vers le Nil (°Alā al- Aswānī)

note: 5Saisissant ! Mireille - 2 juillet 2019

Pour ne pas oublier que la révolution est passée par là, Alaa El Aswany nous livre un portrait de l’Egypte terriblement réaliste. En chapitres courts, il convoque une ronde de personnages qui se croisent, s’aiment, militent, se déchirent pour l’avenir de leur pays l’Egypte. Le style est direct, haletant. Un récit sans concession pour lequel l’auteur excelle dans l’art de nous le révéler. A ce jour, ce roman est censuré en Egypte.

Happa no ko (Karin Serres)

note: 5Energisant ! Mireille - 28 juin 2019

Ce roman est une fable écologique et poétique fort bien menée par Karin Serres. Deux jeunes protagonistes y affrontent un monde totalitaire, dominé par les machines. En découvrant que leurs mains verdissent, ils vont réaliser leur différence : Voyager dans l’espace temps. Quelle belle rencontre avec le peuple des Happa no ko, peuple en voie de disparition leur révélant l’énergie naturelle du monde. Karin Serres nous interroge avec douceur sur notre rapport à la nature, aux éléments et notre imaginaire.

Matador Yankee (Jean-Baptiste Maudet)

note: 4Un Road-trip entraînant ! Mireille - 13 mars 2019

Premier roman de Jean-Baptiste Maudet professeur de géographie et féru de tauromachie.
Nous sommes à la frontière mexicaine en compagnie du héros John Harper, à la fois cow-boy et torero. Saviez-vous que la tauromachie est l’ancêtre du rodéo ? Notre héros n’est pas devenu un célèbre torero et pourtant il excelle dans l’arène. Ce qui est drôle, surtout aux yeux des autres, c’est qu’il arbore une mèche blonde alors que sa mère est mexicaine. Alors il aime à dire que son père n’est autre que Robert Redford ! Ce loser est attachant même s’il est quelque peu immoral Il boit, il joue, il perd et ruse pour faire payer ses dettes Un roman qui tire sa force par les personnages très vivants et par l’écriture cinématographique façon western !

Salina (Laurent Gaudé)

note: 5Superbe récit épique Mireille - 12 mars 2019

Comme un souffle, laurent Gaudé porte son récit de façon admirable. On est suspendu à l’histoire jusqu’au bout . Salina est une femme puissante, déterminée. On la suit pas à pas, dans le sable brûlant et sur les pierres qui jalonnent son chemin. Laurent Gaudé a le sens du conte, des tragédies., de l’aventure épique. J’aime le rythme des mots et l’invitation au voyage intérieur…Je fais un parallèle aussi avec l’auteur J M G Le Clézio

L'âge d'or n° 1 (Cyril Pedrosa)

note: 3Roman graphique épique incroyablement moderne ! Mireille - 12 mars 2019

L’âge d’or est le premier volume d’un diptyque de Cyril Pedrosa et Roxane Moreil. Nous entrons dans un récit du Moyen âge qui prône l’âge d’or, sorte de légende abolissant les classes sociales et rendant tous les hommes libres et égaux. Bien évidemment les riches qui détiennent richesses et pouvoir vont essayer par tous les moyens de détruire la moindre preuve de l’existence de cette légende.
D’une certaine façon, cette histoire nous renvoie beaucoup à notre monde et aux questions d’égalité, de fraternité et de solidarité. Le récit est puissant car les couleurs sont très vives, dans des tons chauds et froids qui évoquent des hallucinations et des états confusionnels. Un bel album à suivre…

Mimikaki (Yarō Abe)

note: 5Volupté auriculaire ! Mireille - 12 février 2019

Les « Mimikaki » désignent les cure-oreilles japonais, petite tige de bois ou de métal à l’extrémité recourbée. Elles apportent un plaisir extrême. Shizue est l’hôtesse experte de cette pratique qui éveille ou réveille la sensualité de ses clients qui viennent déposer leur tête sur ses genoux. Ils s’y abandonnent avec grâce.
Ce manga mettant en scène neuf nouvelles de Yaro Abe est un bijou de finesse et de volupté ! Le dessin est épuré, le trait est doux. L’auteur nous révèle la poésie du geste de Shizue très délicatement. Les personnages sont attachants et avec peu de mots l’auteur nous guide dans la réalité quotidienne japonaise. Un très bon moment de lecture à savourer.

Neuf contes (Margaret Atwood)

note: 4De l’humour noir à souhait ! Mireille - 12 février 2019

Margaret Atwood a composé ces neuf contes poétiques et satiriques sur le thème de la vieillesse. C’est une aventure délicieuse que de la suivre dans ces 9 histoires d’un genre fantastique et démoniaque ! L’heure de la mort approche et toutes ces vieilles personnes se mettent à trembler à l’idée du passage obligé. Mais surtout quels regards posent-ils sur leur vie passée ? Qu’ont-ils compris d’eux-mêmes ? L’auteur interroge les mythes qui forgent l’humanité créant ainsi des univers extra-ordinaires. Madame Atwood vous êtes cruelle et drôle dans un entre-deux où le réel et l’imaginaire se confondent de manière vertigineuse !

Leurs enfants après eux (Nicolas Mathieu)

note: 5Prix Goncourt 2018 Mireille - 12 février 2019

C’est une galerie de portraits sans concession, presque au fil du rasoir d’un territoire, de ses habitants, de ses paysages, d’une époque, d’une saison. Tout au long de ce roman qui court sur quatre étés 1992-1994-1996 et 1998 on suit les destins croisés d’adolescents et de leurs parents. La tension électrique est permanente !
La moto, le sexe, la drogue, les trafics, la bière, la fête foraine, le 14 juillet, la coupe du monde de football, l’ennui , le désert, le vol, la sortie de l’adolescence tissent une partition qui oscille entre banalité du quotidien et tragédie ordinaire.
L’entrelacement des trajectoires, des virages à 180 degrés, des sorties de routes ou dérapages des personnages distillent une sensation aiguisée tout à la fois d’amertume et de malaise jusqu’à faire vaciller le lecteur pris dans un tourbillon de crainte et d’appréhension sur le sort des personnages.
« il jouissait de ce sentiment de panique de ne plus être qu’un point en mouvement. Dans son ventre, sa poitrine, ses membres ils retrouvait les limites de son engin. Sa volonté même se mirait en trajectoire. Dès lors la chute devenait illusoire, l’accident virtuellement impossible. Anthony roulait. »

Arcadie (Emmanuelle Bayamack-Tam)

note: 5Solaire comme l'amour ! Mireille - 22 décembre 2018

Farah, adolescente de 15 ans au début du récit est un personnage fascinant. Elle raconte sa vie dans une communauté naturiste dont le leitmotiv est l'amour plus fort que tout. Elle nous fait rire par le regard si simple, si direct mais toujours respectueux qu'elle porte sur les adultes de cette communauté qui n'a pas renoncé à ses rêves. la construction du livre est originale : chaque protagoniste s'exprime tour à tour, l'histoire est bouleversante et l'intrigue se tisse tout doucement. Entre légèreté et poésie, sans jamais faire de morale et dégageant une énergie solaire et minérale, le livre est fantasque et pétillant.

A son image (Jérôme Ferrari)

note: 5un roman saisissant Mireille - 9 novembre 2018

On suit les pensées intérieures du parrain d’Antonia, qui est prêtre, tout au long d’une cérémonie religieuse qu’il officie pour l’enterrement de sa nièce. Portraits sans concession de jeunes indépendantistes corses présentés un peu comme une armée de petits garçons jouant à la guerre avec conviction et sérieux. Ils se déguisent avec ferveur comme des enfants de cinq ans pour devenir héros de la clandestinité, du danger, de la peur.
Un parallèle se fait entre cette guerre d’indépendance et une autre à peine plus lointaine en ex Yougoslavie où fuira Antonia, jeune journaliste qui interroge son métier, le pouvoir de la photo, ce qu’elle révèle ou pas Manipulation, montage, mensonge, vérité ou obscénité ???
Un livre intéressant, qui se cherche comme Antonia, comme son parrain sans jamais arriver à se trouver vraiment, laissant une sensation forte au lecteur de véritable manque …

Mon voisin Raymond (Troub's)

note: 4Bande dessinée authentique ! Mireille - 7 novembre 2018

Raymond, 80 ans, né dans un petit coin de Dordogne vit simplement et a une connaissance parfaite des « choses » de la nature. Aussi, son jeune voisin et auteur de cet album, va beaucoup apprendre à ses côtés. Une histoire de transmission toute en douceur. Comme un éloge à la lenteur, à la vie qui s’écoule, au temps dédié à l’observation de la Nature. Des personnages attachants, plein de bon sens, une histoire simple et délicate, voici donc une bande dessinée qui fait du bien !

L'histoire de l'amour (Nicole Krauss)

note: 5Pétillante histoire de Vie ! Mireille - 13 octobre 2018

Le livre est bien le personnage principal de ce roman.Autour de lui, toute une intrigue se noue.
On y parle d'amour bien sûr, mais aussi de solitude et de l'impossibilité parfois de rendre les gens heureux.La construction est originale : chaque protagoniste s'exprime tour à tour, l'histoire est bouleversante et l'intrigue se tisse tout doucement. Entre légèreté et poésie, sans jamais faire de morale et dégageant une énergie revivifiante, le livre est fantasque et a le goût des bulles de champagne qu'on sert pour célébrer la vie !

Là où les chiens aboient par la queue (Estelle-Sarah Bulle)

note: 4Léger, drôle et subtil ! Mireille - 5 octobre 2018

Le premier roman d'Estelle-Sarah Bulle raconte l'histoire d'une famille guadeloupéenne à travers laquelle l'auteure écrit celle des antillais.Ceux-ci s'exileront en grand nombre vers la métropole dans les années 60-70. le roman est scindé en deux parties sur deux générations. Les personnages sont vifs, loufoques, bavards, indépendants et s'expriment dans une langue créole rythmée, très imagée qui donne toute sa saveur au récit. Léger, subtil et drôle, ce roman polyphonique pose la question du métissage sous fond de racisme et de quête d'identité. Une histoire mal connue que l'on découvre avec grand intérêt.

Asta (Jón Kalman Stefánsson)

note: 5Coup de coeur ! Mireille - 4 octobre 2018

Construit comme un conte, ce roman débute dans les années cinquante. Sigavaldi et Helga s'aiment comme des fous. Leur enfant va naître et ils sont persuadés que c'est une fille. Elle se nommera Asta, "amour" en islandais. On peut imaginer une vie heureuse pour Asta mais la vie fait resurgir les démons et le bonheur est terriblement fragile. Stefansson fait preuve d'audace dans son écriture car il mêle les moments du présent et ceux du passé comme un grand désordre à l'image de la vie. Amour impossible, bonheur en fuite, l'auteur plonge dans l'intimité des personnages, dans les sentiments contradictoires avec beaucoup de finesse. C'est un roman superbe magnifiquement écrit !

Idaho (Emily Ruskovich)

note: 5Saisissant Mireille - 21 septembre 2018

C'est l'été dans la nature abrupte de l'Idaho en 1995.Un drame familial s'y joue. Ann, personnage clé du roman, s'immerge dans les souvenirs de Wade, son compagnon, pour comprendre le crime. Elle se laisse posséder par les traces des défuntes. Sa quête est obsessionnelle. C'est un roman vibrant et sensible. On est sur le fil du suspense et dans l'exploration d'une mémoire enfouie. L'écriture nous porte, les mots sont délicats et les sensations fortes. Emily Ruskovitch signe un superbe premier roman.

Les Forges (Jean-Pierre Suaudeau)

note: 4Très intéressant Mireille - 20 septembre 2018

Les forges de Trignac, lieu de mémoire ouvrière, se découvre depuis ,la route menant à Saint Nazaire. L'auteur nous livre l'histoire des forges et nous questionne sur le devenir patrimonial en général. Un roman poétique qui fait entendre les voix ouvrières et le travail de l'acier.

Fief (David Lopez)

note: 5Roman coup de poing ! Mireille - 26 juillet 2018

Entre banlieue et campagne, Jonas et sa bande de copains d’enfance passent leur temps à fumer de l’herbe, à jouer aux cartes, à frôler le corps des filles, à se disputer, à rire et à s’entraîner sur le ring.
L’écriture est vive, très rythmée, haletante. Le roman tire sa force de ce récit à bout de souffle magistralement mené par David Lopez, l’auteur, signant là son premier roman. Celui-ci a reçu le prix inter 2018. A découvrir absolument !

Débarqué (Jacques Josse)

note: 4récit délicat et poétique Mireille - 25 juillet 2018

L'auteur nous livre un témoignage émouvant, poétique et sensible de son père disparu qui toute sa vie a rêvé de partir en mer mais en fut empêché par la maladie. Le récit évoque une vie bretonne rude, houleuse, silencieuse.
Ecrit avec émotion, ce court roman révèle l'intimité d'un homme avec simplicité et sobriété. La force du texte tient dans la musicalité et le rythme de la langue comme un voyage en mer imaginaire.

Dans la forêt (Jean Hegland)

note: 5Eblouissant Mireille - 25 juillet 2018

Deux jeunes soeurs vivent seules dans une maison au coeur de la forêt. Depuis la disparition de leurs parents, elles survivent dans un isolement absolu car une catastrophe a dévasté le pays. Ce premier roman de Jean Hegland est tout en lumière malgré la situation désastreuse du pays. Le texte est puissant, l'écriture magnifique nous entraîne dans le mouvement, l'enfouissement au coeur de la forêt. C'est un grand message d'espoir qui nous livre le secret d'une vie nouvelle.

Frères (Kwame Alexander)

note: 5Un roman qui slame ! Mireille - 3 mai 2018

Frères, le premier roman de l’Américain Kwame Alexander est un hommage vibrant au basket, à l’amour fraternel et filial, un roman avec un souffle incroyable. Du slam, du rap, de la poésie, de l’émotion ça déménage !

Ör (Auóur Ava Ólafsdóttir)

note: 5Roman dramatique intense Mireille - 21 mars 2018

Jónas Ebeneser , 49 ans, divorcé, vit une crise existentielle profonde.
Après avoir appris que sa fille Nymphéa n’est pas sa fille , il déprime davantage et pour lui disparaître est comme une évidence.
Il décide de partir loin, dans une ville en cendres, pour y vivre ses derniers jours,.avec pour tout bagage, sa boîte à outils.
Le titre du roman, Ör signifie cicatrices en islandais. L’auteur nous livre un roman poétique et profond, parfois drôle et délicat, d’un homme en quête de réparation, de résilience.On lit intensément ce roman au coeur de la vie, écrit avec simplicité mais profondément touchant.

La saga de Grimr (Jérémie Moreau)

note: 5Fascinant récit islandais Mireille - 21 mars 2018

L’histoire de Grimr se déroule en Islande au XIIIe siècle.
Grimr a perdu sa famille dans l’explosion d’un volcan . Il devient donc un enfant orphelin dans un pays accablé par la misère et sous la domination du danemark..
Doté d’une force de caractère incroyable ainsi que d’une puissance physique redoutable, Grimr va tenter de trouver sa place, son statut, et devenir un homme libre.
Jérémie Moreau, auteur et illustrateur de cette bande dessinée nous dépeint un décor grandiose
Le graphisme est de toute beauté.
Cette BD a été récompensée par le Fauve d’Or du festival d’Angoulême 2018.

Paysage perdu (Joyce Carol Oates)

note: 5Emouvante plongée dans l'enfance Mireille - 20 février 2018

D'une écriture vive, précise et poétique, Joyce Carol Oates nous livre un magnifique roman de son enfance. On s'attache très vite à l'histoire de sa famille ainsi qu' aux lieux précieux de ses premiers émois. Une belle histoire de vie très attachante et passionnante.

Le jour où je suis partie (Charlotte Bousquet)

note: 4Bouleversant ! Mireille - 24 mai 2017

Voici un récit simple et sincère sur les maltraitances faites aux femmes au Maroc. Une lecture éclairante et indispensable à donner à lire à tous les adolescents pour une prise de conscience collective.

Pereira prétend (Pierre-Henry Gomont)

note: 4Etonnante BD ! Mireille - 17 mai 2017

Lisbonne dans les années difficiles , sous la dictature de Salazar. Un homme, journaliste, mène une vie plutôt insipide jusqu'à ce qu'il rencontre un jeune couple opposé au régime. Il faut de la patience et de la persévérance pour "rentrer" dans cette BD...mais quel splendide hommage à la LIBERTÉ.

Partir au-delà des frontières (Francesca Sanna)

note: 5Partir au-delà des frontières Mireille - 23 mars 2017

Pour fuir la guerre, deux enfants et leur maman quittent leur pays. Passer la frontière, traverser la mer, se cacher, sans jamais perdre espoir...Un très bel album pour les plus grands sur l'exil.


Inventer le jour (Fabienne THOMAS)

note: 4plein de poésie et d’humanité Mireille - 22 mars 2016

Louis, vieil homme, est habité par le souvenir de sa femme. Il décide de partir pour se questionner et se souvenir de sa vie. Ainsi va-t-il à la rencontre de lui-même, au contact de la nature et du silence.
Le texte aborde les questions de la fin de vie et de la mémoire et interroge l’amour . Un roman plein de poésie et d’humanité.

Le dernier gardien d'Ellis Island (Gaelle Josse)

note: 4poignant Mireille - 22 mars 2016

New York, 3 novembre 1954 : le centre d’immigration d’Ellis Island va fermer. Un homme encore demeure sur l’île, c’est le directeur. Avant de quitter définitivement l’île , il fait le tour de ses souvenirs et des événements marquants de son existence. Roman poignant abordant la thématique de l’exil.

Oeuvre non trouvée

note: 4huis-clos oppressant Mireille - 22 mars 2016

On plonge dans un univers rocailleux et une terre hostile dès les premiers mots. Dans une ferme glaciale et branlante, il reste une famille. La mère silencieuse préfère sa ferme à ses enfants. Le cadet, Rafaël, est malmené par ses frères. Huis-clos dans un monde sans amour. L’écriture est cinglante et d’une beauté fébrile.

Kabuliwallah (Rabindranath Tagore)

note: 4Nouvelles indiennes Mireille - 22 mars 2016

Vingt deux nouvelles posées entre le Bengale et Calcutta.
L’auteur écrit sur la société indienne , ses secrets et ses limites.
On est captivé par la magie des mots de l’auteur !

Retour Haut